Thèmes précédents

 

Etienne Lhermenault lors de son message

 

 

 

 

 

 

 

 

2013

L’accompagnement pastoral : un défi pour aujourd’hui –  orateurs : Thierry Huser et Bernard Gisquet Études bibliques : Étienne LHERMENAULT

Lundi « Jésus et la femme cananéenne, du jugement à l’exaucement » (Matthieu 15.21-28)

Mardi « Jésus et la femme maladedepuis 12 ans, de l’exaucement au retablissement » (Luc 8,40-56) 

 

2012

Richesses de l’évangile ou Evangile de la richesse – orateurs : Sébastien FATH

Etudes bibliques : Dominique ANGERS

Lundi : « L’homme riche et le pauvre Lazare » (Luc 16.19-31)

Mardi : « Jésus chez le riche Zachée » (Luc 19.1-10)

 

2011

La terre, je gère ! – orateurs : Samuele Furfari et Alain Nisus

Etudes bibliques : Chris Wright ;

Lundi : La Création : providence divine et notre responsabilité missionnelle (Psaume 104) ;

Mardi : La Création : rédemption divine et notre destinée commune (Colossiens 1.15-20).

 

2010

La Mission : quelles priorités ? – Lothar Käser et David Brown

Études bibliques : Daniel Hillion

Lundi : Débuts de la mission des apôtres et naissance de l’Église (Actes 2.14-47 )

Mardi : L’action de Dieu dans le monde, modèle pour une ‘mission intégrale’  (Actes 14.8-20)

 

2009

Bioéthique, quand la question s’impose – Orateur Calum Mac Kellar

Etudes bibliques : Christophe Paya

Lundi : Temple du Saint esprit (1 Corinthiens 6.12-20)

Mardi : Nouvelle création (2 Corinthiens 5. 14-21)

 

2008

Témoins du Christ dans un monde religieux – Orateur I.F.Youssef

Etudes bibliques : Don Carson

Lundi : Ironies de la croix (Matthieu  27.27-51)

Mardi : Témoins de la résurrection (Jean 20. 24-31)

 

2007

Une Eglise qui donne envie de croire – Orateur Philip Yancey

Etudes bibliques : Jacques Buchhold

Lundi : l’Eglise selon 1 Pierre : l’Eglise temple

Mardi : l’Eglise selon 1 Pierre : l’Eglise peuple de Dieu

 

2006

Rejoindre l’enfant

Etude biblique Tite Titenou

Instruire l’enfant (Deutéronome 6.4-7)

Se laisser instruire par l’enfant (Matthieu 18. 1-5 ; Marc 9; 33-37)

 

2005

La prière : mystère à vivre

étude biblique : Gordon Campbell

Prier avec l‘Apocalypse de Jean (1)

Prier avec l‘Apocalypse de Jean (2)

 

2004

Les Eglises dans l’espace public

étude biblique : Jean-Claude Boutinon

Des chrétiens et des autorités… – L’exemple des Actes des apôtres (1)

Des chrétiens et des autorités… – L’exemple des Actes des apôtres (2)

 

2003

La famille

étude biblique : Richard Gelin – Réalités actuelles et repères bibliques

Ruth : le courage de l’attachement

Ruth : le courage de la transgression

 

2002

Peuple de la Bible

étude biblique : Philippe Laurent

Néhémie : la parole de Dieu comme base de notre engagemen

Néhémie 7 – Notre engagement : une consécration pragmatique

 

2001

Richesse et pauvreté

étude biblique : Claude Baecher

L’économie sabbatique et jubilaire (Deut. 15/2-18 et Lévitique 25/8-28)

La parabole des mines dans le contexte de la rencontre de Zachée avec Jésus (Luc 19/1-28)

 

2000

Par la foi, ouvriers de paix

étude biblique : Gordon Margery

L’œuvre étrange de Dieu (Habaquq)

Par la foi, vivre (Habaquq)

 

1999

Le ressourcement spirituel

étude biblique : Marc Luthi

Encouragés et fortifiés dans un climat d’affection… à communiquer l’Evangile (2 Timothée)

Encouragés et fortifiés dans un climat d’affection… à prêcher la Parole (2 Timothée)

 

1998

Dialoguer pour agir

étude biblique : Samuel Bénétreau

L’Agape devant la diversité chrétienne (Romains 12/13)

Différences d’opinion et service commun (Romains 14/15)

 

1997

Quelle action sociale pour l’Eglise ?

étude biblique : Linda Oyer

La mission de l’Eglise dans le monde : le mandat confié aux disciples selon Matthieu

La mission de l’Eglise dans le monde : le mandat confié aux disciples selon Jean

 

1996

Dire le salut aujourd’hui

étude biblique : Alain Nisus

Annoncer le salut. Mais lequel ?

Discours de Paul aux païens et situation contemporaine

 

1995

L’Evangile selon Jonas

étude biblique : Harold Kallemeyn

L’Evangile selon Jonas : départ

L’Evangile selon Jonas : arrivée

 

1994

Le combat spirituel

étude biblique : Jacques Dubois

dans le temps de l’Histoire

dans notre vie

 

1993

La foi

étude biblique : Claude Baty

La foi comme relation et comme savoir

La foi à l’épreuve de la réalité

 

1992

Vieux défis et nouveaux pharaons

étude biblique : Charles Daniel Maire

Exode 1et 2 à la lumière de l’actualité

1er CEIA en 1948

L’HISTOIRE du CEIA de 1948 à ce JOUR

En juillet 1948, vingt-et-un responsables du mouvement évangélique francophone, dont plusieurs avaient « fait leurs classes » avec Ruben Saillens, fondaient à Nogent-sur-Marne le Centre Evangélique d’Information et d’Action. Il s’agissait pour eux d’échanger des nouvelles, de se concerter pour rendre plus efficaces leurs entreprises et de renouveler le lien de leur communion fraternelle. Leur réunion annuelle s’est d’abord tenue dans les locaux de l’Institut Biblique de Nogent, qui pourvoyait aussi le cadre légal de l’activité dénommée CEIA. Le nombre des participants augmentant régulièrement, à cause de l’utilité avérée des rencontres et de la croissance du mouvement évangélique, c’est ensuite la chapelle évangélique de Nogent qui les a hébergés, puis la salle municipale de la rue Emile Zola. René Pache, directeur de l’Institut Emmaüs, a vite fait figure de « leader », en collaboration avec les co-directeurs de l’Institut de Nogent, J.-Marcel Nicole et Jacques A. Blocher. Dès cette époque, et cet avantage n’a cessé de s’accentuer, le CEIA s’est signalé par l’ampleur exceptionnelle de son « recrutement »: il s’est montré capable d’attirer des représentants des groupes les plus divers de la galaxie (ou du microcosme) évangélique.

La croissance se poursuivant, après la glorieuse campagne « 

 

Mission France » de 1986, un grand coup a été tenté. Sous la direction de Michel Evan (alias Mike Evans), alors professeur à l’Institut de Nogent, c’est le fameux Pavillon Baltard que le CEIA a osé louer pour ses rencontres. L’audace a payé, dans ce sens que les rencontres y ont été une réussite et que le mouvement évangélique accédait à une visibilité nouvelle ; mais, hélas ! il lui fallait également payer, au sens le plus littéralement financier. Il n’a pas été possible d’assurer l’équilibre du budget. Cette difficulté, que ne pouvait pas supporter plus longtemps l’Institut de Nogent, a contraint à l’annulation des rencontres de 1990, et il a fallu renoncer à l’espoir de les tenir en 1991.

L’encéphalogramme du CEIA flirtait avec le zéro (plat), mais le CEIA n’était pas enterré ! Les besoins auxquels il avait répondu étaient plus sensibles que jamais. Les grands établissements de formation du mouvement évangélique (facultés et instituts), avec la pensée qu’ils jouissaient du plus grand capital de confiance parmi les composantes diverses, ont été sollicités. Avec leur aide, un comité préparatoire s’est formé. 1992 a vu la résurrection du CEIA, cette fois comme association légalement indépendante. Tandis que le soussigné assumait la présidence, les deux conditions humainement principales du succès ont été assurées : l’engagement d’une coordinatrice compétente, Cathy Straub ; l’utilisation des locaux du Centrex à Lognes, budgétairement supportable, et permettant le soutien logistique indispensable de l’Institut de Nogent (personnel et étudiants). De plus en plus, le nombre des participants atteignant ou dépassant ces dernières années le millier en deux jours, la session du CEIA représente la combinaison d’une convention pastorale (de ressourcement spirituel, de réflexion et débat, d’information pour responsables) et d’une exposition permettant aux œuvres et aux Eglises de proposer aux « décideurs » réunis par la convention les outils de ministère qu’elles ont à offrir (des CD-ROM aux villages de vacances…).

Après une décennie, le « nouveau » CEIA doit s’adapter à une situation un peu changée. Cathy Straub, s’engageant dans une nouvelle voie de ministère, s’est déchargée de la tâche de coordination (en acceptant une nomination au CA), et c’est Marie-José Maré qui la remplace, depuis juin 2002. Le soussigné, qui se prépare à des activités supplémentaires outre-Atlantique, se retirera de la présidence après l’AG du 5 mai 2003. L’Association s’étant étoffée par l’adhésion d’assez nombreuses personnes physiques et morales, elle doit librement élire les membres du CA sans considérer que des sièges y sont réservés aux représentants des institutions d’enseignement (même s’il reste recommandable que ces institutions soient représentées de fait, à cause des compétences et du rôle unifacteur qu’elles jouent parmi les évangéliques).

Dans cette perspective, le CA propose à l’AG de ne pas attendre les élections ordinaires de novembre 2003 qui renouvelleront la moitié du CA et de procéder lors de l’AG du 5 mai 2003 à des élections supplémentaires : 1) pour remplacer Henri Blocher et Terry Smith (ancien directeur de l’Institut Biblique Européen, qui repart pour le Canada) ; 2) pour ajouter deux nouveaux membres qui augmenteront le représentativité du CA. Comme ces élections ne repectent pas le calendrier ordinaire, le mandat des élus viendra à échéance en novembre 2005 (comme s’ils avaient été élus lors des dernières élections qui ont eu lieu).

Le CA propose trois candidats au vote de l’AG de mai 2003 : Jean-Claude Boutinon, ancien professeur à l’IBE, pasteur de l’Assemblée de Dieu de Sarcelles ; Guy Horrenberger, homme d’affaires, trésorier de l’IBN t Emile Nicole, Doyen et professeur à la FLTE, Vaux-sur-Seine. Les membres de l’Association ont, bien entendu, la liberté de rayer sur leur bulletin le nom qui ne leur semble pas convenir et d’ajouter tout autre nom qui leur semblera préférable. Les trois candidatures sont approuvées par l’AG. Lors du Conseil d’administration (qui suit cette mêmeAG), le conseil nomme Emile Nicole, Président du Centre Evangélique.

Henri Blocher 

Né le 3 septembre 1937 à Leyde, est un théologien évangélique français, fils du pasteur baptiste Jacques Blocher et petit-fils d’Arthur et Madeleine Blocher